En 1975, Steven Spielberg a changé le cinéma pour toujours avec la sortie des Dents de la mer. À l’époque, avant Star Wars et tant d’autres méga-films à venir, cette histoire de grand blanc tueur est devenue le film qui a inauguré l’ère des superproductions estivales. Près d’un demi-siècle plus tard, c’est toujours un chef-d’œuvre apprécié et l’un des meilleurs films de Spielberg au cours d’une carrière sans pareille. Trois suites ont suivi le premier film Les Dents de la mer, et Spielberg n’y a pas participé. Les Dents de la mer 2 n’était pas trop mal, même s’il s’agissait d’un remake, et Les Dents de la mer 3-D était un gâchis maladroit qui, au moins, nous offrait un cadre différent. Puis vint le dernier film de la franchise, Les Dents de la mer : la revanche, en 1987. Il est considéré comme le pire de la franchise, un film si mauvais qu’il n’y en aurait jamais d’autre, mais si vous arrêtez d’essayer de le comparer au premier film, ce que vous avez, c’est un film d’horreur fou et exagéré où un requin devient un tueur presque humain. C’est complètement stupide, et c’est ce qui le rend si génial.

FAIRE DÉFILER POUR POURSUIVRE LE CONTENU

RELIEF : La musique des  » Dents de la mer  » n’a pas seulement amélioré le monstre, elle est le monstre.

Le requin des « Dents de la mer : la revanche » devient un tueur à la Michael Myers

De nos jours, il semble que chaque film d’horreur à succès devienne une franchise à long terme. Dans les années 1970 et 1980, cependant, c’était encore une fascination assez nouvelle que de créer sans cesse le même film avec le même méchant. Halloween, Vendredi 13 et Les cauchemars de la rue Elm produisaient des suites à tour de bras dans les années 1980. Les Dents de la mer les accompagnaient également. À première vue, les trois premières franchises d’horreur n’ont pas grand-chose en commun avec un poisson tueur dans l’océan, si ce n’est le nombre de cadavres, mais en réalité, la franchise des Dents de la mer s’était transformée d’une simple histoire à rebondissement lent qui s’intéressait autant à ses personnages qu’à son monstre, en un festival de meurtres gores. Avec Les Dents de la mer : la revanche, les réalisateurs se sont vraiment lâchés et ont réalisé un film d’horreur à part entière, nous offrant un requin tueur ridicule qui aurait tout aussi bien pu être Michael Myers, Jason Voorhees ou Freddy Krueger.

Les deux premiers films Les Dents de la mer suivaient le shérif de l’île d’Amity, Martin Brody (Roy Scheider) et sa femme Ellen (Lorraine Gray), entre autres. Nous avons pu observer ce couple uni et la façon dont les tragédies de leur nouvelle maison les ont affectés, tout en les rapprochant. Scheider et Gray ne sont pas revenus pour Les Dents de la mer 3-D, mais la famille est restée au centre de l’attention, avec un jeune Dennis Quaid jouant leur fils, Michael. Il travaille comme ingénieur au SeaWorld d’Orlando où, comme par hasard, un autre requin tueur attaque et commence à manger les clients et les employés. Il semble que tous ces requins en veuillent à la famille. C’est un point d’intrigue sur lequel Les Dents de la mer : La Revanche décide de s’appuyer complètement.

Pour le film final, Scheider ne revient pas dans le rôle du chef Brody. Au lieu de cela, son personnage est rayé à jamais, ayant subi une crise cardiaque mortelle hors écran quelque temps avant les événements du film. En revanche, Lorraine Gray est de retour. Ellen Brody n’est plus le second violon de son mari. C’est désormais son histoire. L’idée est intéressante, et Gray est une actrice phénoménale, mais l’exécution est une pure folie béate.

Nous repartons sur l’île d’Amity. Pour montrer que cette famille a vraiment besoin de ne plus jamais aller dans l’eau, le premier acte montre un autre fils Brody, Sean (Mitchell Anderson), tué par, oui, vous l’avez deviné, un grand requin blanc ! Sa mère décide que ce requin veut se venger des Brody pour les trois autres requins que la famille a fait exploser et électrocuté.

Le requin est mécontent de tous les autres requins que les Brody ont tués

Requin sortant de l'eau dans Les Dents de la mer : la revancheImage Via Universal Studios

C’est une direction audacieuse et hilarante. Dans le premier film, le requin n’est qu’un requin. C’est un sacré poisson. Il recherche les gens parce qu’ils sont assez stupides pour continuer à le servir. Cela ne veut pas dire que le requin est stupide. C’est en fait un requin très intelligent, et il recherche ceux qui essaient de l’attaquer, en s’en prenant à Brody et à l’équipage dans le dernier acte. Si l’on poursuit les comparaisons avec les slasher, le requin des Dents de la mer est comme Michael Myers dans le premier film d’Halloween. C’est un assassin silencieux qui n’a d’autre motivation que de tuer tout ce qu’il voit parce qu’il l’aime. Avec Les Dents de la mer : La Revanche, la franchise devient Halloween 4 : Le Retour de Michael Myers. Ici, Michael Myers a désormais une motivation. Halloween 2, sorti en 1981, nous avait appris que Laurie Strode (Jamie Lee Curtis) n’était pas une adolescente choisie au hasard. Non, elle était la sœur de Michael, perdue de vue depuis longtemps. Dans le quatrième film, Laurie est morte, et Michael s’en prend donc à sa petite fille, car son seul but est désormais de tuer tous les membres de sa famille.

Les Dents de la mer : la revanche nous raconte la même chose. Même si la plupart des gens n’étaient pas fans de l’évolution de l’histoire de Michael Myers, elle a été acceptée parce qu’elle était plausible. Cela n’a aucun sens dans Les Dents de la mer : La Revanche, parce que, bonjour, c’est un requin ! Comment un requin, un putain de poisson qui vit dans l’eau, peut-il savoir où se trouvent certains humains qui vivent sur la terre ferme, et ce à tout moment ? Et comment ce requin saurait-il qu’il doit accourir, euh, nager, lorsque sa cible se décide enfin à se mettre à l’eau ? C’est logiquement impossible, on saute complètement le requin (oui, le jeu de mots est intentionnel), mais si on l’accepte et qu’on s’en contente au lieu de secouer la tête devant l’absurdité, c’est un point de départ amusant.

Ce qui est encore plus absurde, c’est qu’il s’agit d’un autre requin ! Dans les Dents de la mer, le requin cherche à se venger de ceux qui essaient de le tuer. C’est la même chose dans les suites. C’est assez logique. Il serait également logique, si l’on n’y réfléchit pas trop, que le même requin puisse continuer à attaquer pendant quatre films, si, en véritable slasher, il ne mourait jamais à la fin de ses films précédents, mais revenait sans cesse. Mais le grand blanc meurt à chaque fois, ce qui signifie qu’il ne s’agit pas du même requin. D’une manière ou d’une autre, contre toute attente, il connaissait ces autres requins, savait qui les avait tués, où ils vivaient, et maintenant il va faire quelque chose. Nous n’avons plus affaire à Michael Myers, mais à un imitateur. Nous avons affaire à Ghostface. S’il pouvait appeler Ellen Brody depuis l’océan, il le ferait.

Le requin se téléporte comme Jason Voorhees

Scène d'attaque du requin Banana Boat dans Jaws- The RevengeImage Via Universal Studios

Ellen Brody décide de quitter Amity Island pour aller vivre avec son fils Michael, désormais interprété par Lance Guest (qui avait un rôle dans Halloween 2). C’est une bonne idée, sauf que Michael vit aux Bahamas, une autre île de l’océan Atlantique. Ellen, tu aurais dû déménager dans le Montana ! Pourtant, les Bahamas sont à plus de 2 000 miles de l’île d’Amity, donc elle ne risque rien, n’est-ce pas ? Non. Ce requin est tellement énervé, intelligent et fort qu’il parcourt 2 000 miles à la nage pour retrouver sa famille. D’une manière ou d’une autre, il sent qu’Ellen est partie, qu’elle est dans un avion qui s’éloigne de lui et qui ruine donc son grand plan, alors il la poursuit à la nage, sur une distance folle, et en un temps record. Le requin se téléporte plus vite que Jason Voorhees.

Si nous avions besoin d’encore plus d’horreur, il s’avère qu’Ellen Brody et le requin ont une sorte de connexion psychique, parce que bien sûr, ils en ont une. C’est la même intrigue que dans Halloween 4. Ellen peut sentir quand ce gros poisson va attaquer. Elle peut même avoir des visions de son mari combattant les requins précédents, malgré le fait qu’elle n’était pas là pour en être témoin.

Lorsque le requin arrive aux Bahamas, il se dirige directement vers les Brody, y compris la petite fille d’Ellen, Thea (Judith Barsi). Il s’attaque également au nouvel ami d’Ellen, un pilote nommé Hoagie, interprété par Michael Caine. Ce requin est tellement énervé qu’il s’en prend même à Hoagie, sautant hors de l’eau et sur l’avion de Hoagie, avant de le faire couler. Hoagie n’est même pas un Brody, mais le poisson a une telle vendetta contre la famille que si vous êtes vu en train de traîner avec eux, vous êtes sur sa liste d’assassinat. C’est comme lorsque Michael Myers tue un adolescent au hasard qui traîne avec un membre de la famille Strode, alors qu’il pourrait utiliser son temps libre et son énergie pour atteindre son objectif principal. Heureusement, Hoagie vit, et Michael Caine se remet à faire de meilleurs films.

Les Dents de la mer : la revanche donne au requin une mort digne d’un méchant slasher

Les Dents de la mer : la revanche

Un film d’horreur est une déception sans la mort d’un bon méchant. Plus une franchise avance, plus elle doit être importante. Michael Myers est passé d’une balle tirée d’un toit en 1978 à une viande hachée pour Halloween Ends en 2022. Le premier requin des Dents de la mer explose lorsque Brody lui envoie une bouteille d’oxygène dans la bouche, ce qui le fait exploser. Dans Les Dents de la mer 2, le monstre prend feu après avoir été piégé par le chef Brody qui lui fait mordre dans un câble électrique. Les Dents de la mer 3-D nous présente un autre requin qui explose après avoir mâché une grenade. Les Dents de la mer : La Revanche a tenté de surpasser cette expérience en proposant un film si stupide qu’il s’inscrit parfaitement dans le genre « slasher ». Après que Michael Brody a utilisé des impulsions électriques pour rendre le requin fou, celui-ci sort de l’eau en rugissant comme un lion (qui aurait cru que les requins rugissaient) et se dresse illogiquement à la verticale, presque complètement hors de l’eau. Il est ensuite poignardé dans le cou, comme une personne, par le bout-dehors brisé du bateau d’Ellen, dont la pointe, semblable à un couteau, met le requin à terre.

C’est une fin bien folle pour un film fou. Il est vraiment dommage qu’il n’y ait pas eu d’autres suites. D’autres suites auraient pu explorer la famille de ce pauvre requin et leur réaction au fait que ce type ne rentrait pas à la maison. Nous aurions pu voir un requin aller à New York, dans l’espace, ou tuer des gens dans leurs rêves. Bien qu’il semble que nous n’aurons jamais cela, nous sommes tout de même bénis par l’existence de Jaws : The Revenge, un véritable chef-d’œuvre du slasher des années 80.